Farida b : le malaise se confirme.

What The Fuck ??

Here we go again…

Pour faire suite à mon précédent billet et la vidéo qui lui était associée, je vais en remettre une couche avec un reste de colère car j’ai la désagréable impression d’avoir été prise en otage.

Rappel des faits :

Pour résumer très succinctement, malgré le fait que j’ai apprécié les produits (et je n’ai cessé de le dire tout le long de la vidéo), plusieurs choses ont fait que je ne pouvais pas faire une revue sans parler de tout ce qui me mettait mal à l’aise :

  1. Devant tester les produits qu’on m’a donnés, je me suis plus occupée de mes cheveux qu’auparavant, je ne peux donc pas affirmer que ce sont ces produits en particulier qui leur ont fait du bien plutôt que le plus grand soin que je leur ai prodigué.
  2. Quelques réflexions de Farida lors de mon passage au salon m’ont fait tiquer, comme son agacement face à une youtubeuse qui avait parlé des prix des produits (WTF???) qui m’ont fait ressentir que c’était un sujet à éviter.
  3. Tout l’affect qui a été mis dans cette rencontre, le fait que l’on a discuté de choses personnelles me concernant et surtout les appels de Farida elle-même qui ont suivi ma visite on fait que j’ai ressenti qu’on me relançait avec insistance pour faire cette vidéo. En effet, j’ai mis beaucoup de temps à la faire cette vidéo et avec le recul je comprends beaucoup mieux pourquoi.

Tout ça m’a donc mis la pression et c’est NORMAL. Je suis une Youtubeuse qui débute et j’ai face à moi une chef d’entreprise qui me contacte elle-même et qui, par-dessus le marché, outrepasse les relations « professionnelles » en glissant sur des sujets perso. Et quel est le sentiment face à quelqu’un qui prend des nouvelles de vous sur un plan perso ? Eh bien on trouve ça « gentil » et du coup quelque part, on se dit « elle est gentille » je vais à mon tour être gentille.

Et c’est là que moi, ça me dérange.

ATTENTION, je ne dis pas qu’il s’agit là d’une quelconque manipulation consciente de sa part et que ce sont les méthodes de sa société. Je dis juste que lorsque l’on a des rapports humains avec quelqu’un, beaucoup de choses se passent dont on n’a pas toujours conscience, comme mon sentiment de « redevabilité ». Je ne « l’accuse » pas d’avoir consciemment voulu ci ou ça, je raconte mon expérience de Youtubeuse car c’est aussi un des sujets que je trouve intéressant de traiter sur mon blog.

Alors quand mon expérience dépasse le cadre du « produit à tester » eh bien j’en parle aussi.
Et c’est tout ce dont il s’agissait dans ma vidéo, ça aurait pu être avec une autre marque, ça s’est passé avec celle-ci.

Suite à ma vidéo : 

J’ai eu la confirmation de mon ressenti… J’ai eu droit à deux coups de téléphone coup sur coup car je n’ai pas décroché au premier appel et le message laissé sur mon répondeur était tellement long que la suite a dû se faire lors d’un second appel sur ma messagerie.

Et je suis navrée de dire que je suis contente de ne pas avoir (encore une fois) décroché car j’ai eu droit à un discours assez culpabilisant, de cette culpabilité même qui a donné naissance à ma première vidéo.

Outre le fait que ma vidéo n’a pas été comprise, car il s’agissait avant tout de moi (même si j’ai pointé quelques détails qui m’ont ennuyée), le fait d’avoir encore entendu dans ce message des considérations personnelles concernant ma santé ou le plaisir que ça avait été de me recevoir, m’a une fois de plus mise mal à l’aise.
Car j’ai eu l’impression une fois de plus qu’on se servait du côté personnel dans des rapports qui auraient dû rester neutres et également que je n’avais pas été entendue.

Presque par hasard, j’ai eu le loisir de discuter avec une autre Youtubeuse qui, elle, a fini par faire une vidéo et se demande si elle recommencera :

(…) « et puis embêtée aussi car leur service de presse m’envoyait des mails ou des messages privés pour demander où était la vidéo, si je l’avais faite etc. J’ai pas trop aimé cette espèce de pression…

Bref ! ça m’a fait du bien de voir que je n’ai pas été la seule à avoir ce malaise et je dois dire que ça m’a fait me demander si j’accepterais encore un truc de ce genre dans le futur. »

Ce qui ressort de tout ça pour moi c’est que faire du marketing viral avec des particuliers est un exercice délicat, on ne relance pas une personne comme on pourrait relancer une société.

Pour terminer, il y a une chose que j’aimerais écrire noir sur blanc : Mon blog n’est pas une vitrine commerciale ni une société, je ne suis donc tenue à rien du tout, il n’y a eu aucun accord tacite ou contractuel.

Ceci est mon espace d’expression personnel, et je ne me suis pas forcée à faire une vidéo sur mon expérience. Je me serais forcée si j’avais fait une simple revue des produits en gardant en moi ce truc qui me turlupinait. J’ai donc choisi de faire cette vidéo qui me ressemble pour parler de mon ressenti face à tout ça.

On ne peut pas jouer sur le tableau de l’affect et s’étonner de recevoir en retour des réactions émotionnelles : Le meilleur moyen d’obtenir une communication objective et dénuée de toute passion sur ses produits est encore de rester soi-même neutre et en dehors du cadre intime des gens avec qui on collabore. Ou alors payer des spots de pub.

Enfin, je prends ma part de responsabilités dans tout ça : je n’avais pas l’expérience de ce genre de rapports entre youtubeurs et marques, je l’ai désormais et je ne commettrai plus l’erreur d’être trop « proche » de la marque qui me contacte.

Je termine ce billet sur cette conclusion car je le répète il s’agissait surtout de ça : MOI et ma manière de gérer le partenariat. Ma colère première est passée et je n’ai plus de ressentiment face à toute cette histoire car je fais la part des choses entre les produits et le salon Farida b. et la manière dont MON expérience de Youtubeuse s’est déroulée.

Pour preuve : Une très bonne amie à moi ayant beaucoup de problèmes avec ses cheveux desséchés m’a demandé hier si, selon moi, il y aurait une chance que Farida b. puisse l’aider. Et j’ai répondu oui.

___________
EDIT
___________

Mon amie est donc revenue du salon… dépitée.

Lors de la prise de rdv, elle avait essayé d’expliquer qu’elle voulait une coloration. On l’a expédiée rapidement en disant que le salon proposait une « repigmentation », mon amie a demandé si c’était la même chose, on lui a répondu oui. Parce qu’on ne l’avait pas écoutée. En effet, la repigmentation tient 2 shampoings et c’est tout. Et ça ne correspond pas à ce que voulait mon amie.

En arrivant sur place elle comprend que rien de ce qu’elle voulait faire au départ ne sera possible pour des raisons tout à fait valables, qui auraient pu être expliquées au téléphone si on avait pris le temps de l’écouter, elle en prend néanmoins son parti et souhaite faire soigner ses cheveux quand même.

Toutefois son malaise a commencé dès son arrivée. Elle a eu l’impression qu’on lui a sauté dessus et avant même que son cheveu ne soit examiné on lui a expliqué qu’on allait lui faire ci et ça et que ce serait à compléter « avec les produits qu’on va vous vendre ». Ah.

Bref, shampoing ok, soin ok, coupe ok, mais coiffage loupé selon SES goûts. Et dès qu’elle l’a exprimé la tension est montée.
A son regret, mon amie a perdu son calme et évidemment la situation s’est envenimée.
Mais pourquoi ?
Parce que personne ne voulait écouter ce qu’elle avait à dire et qu’elle s’est sentie carrément agressée dès qu’elle sortait du rang de la cliente qui dit amen à tout.

Or jusqu’à preuve du contraire, le client paye pour obtenir quelque chose qu’il souhaite et non pour obtenir ce que le commerçant souhaite pour lui. Pour terminer, elle a eu droit au fameux discours culpabilisant qui-n’a-pas-l’air-d’en-être-un.

Le salon a fini par refuser son argent tout en lui faisant comprendre qu’en gros, elle se comportait mal.

Lorsqu’on dit à une cliente « Nous avons passé du temps sur vos cheveux, nous avons fait tout ce qu’on a pu, VOUS nous mettez mal à l’aise » ce n’est pas un geste commercial.
C’est un acte culpabilisant qui n’a pas sa place dans une relation commerçant/client. (Et ça me rappelle malheureusement la manière dont moi aussi j’ai culpabilisé de ne pas avoir aimé le résultat de ma coupe, et la manière dont la tension est montée. La seule différence est que j’ai pu garder mon calme et continuer à discuter.)

Finalement mon amie a insisté pour que le salon prenne l’argent, en essayant (en vain) d’expliquer qu’elle ne remettait pas tout en cause mais que le coiffage seulement ne lui plaisait pas (c’est le monde à l’envers). De guerre lasse, elle a repris son dû tout en ayant l’impression d’être une voleuse. (Et non sans avoir surpris une conversation où on l’a traitée d’un nom que je n’ose pas écrire ici).

En me racontant tout ça, mon amie a fini par me lâcher cette phrase : « Je n’ai rien à redire sur le soin, ça a fait du bien à mes cheveux, par contre, je me sens comme une merde maintenant ».

C’est très bien d’avoir un éthique envers le cheveu, mais c’est mieux d’en avoir aussi une envers les gens et ce n’est pas parce qu’on ne fait pas payer un client que ça donne le droit de le traiter aussi mal.

Finalement même conclusion que ma vidéo : Les produits sont ok, c’est le comportement qui pêche.

Enfin, je tiens à préciser que mon blog est un tribune ouverte à toute réponse ou explication de la marque.

Publicités

24 commentaires sur “Farida b : le malaise se confirme.

  1. Marion Rose dit :

    Complètement dingue…
    Je n’ai pas d’autre mot. Dommage que je n’aie pas les cheveux qu’il faille pour aller dans ce salon parce que je me serais faite un malin plaisir de m’énerver contre eux…
    Ta pauvre amie en tous cas…

  2. codaleia dit :

    Punaise c’est de pire en pire cette histoire. Je suis triste pour ton amie. Une expérience comme ça, ça met sur les nerfs et ça ne laisse pas un bon souvenir.
    Je suis sidérée tout de même de l’attitude de ces coiffeurs. Comme tu le dis, c’est le comportement qui pose souci. Pas les produits.

    • Caroline dit :

      Pour les produits je ne m’avance pas trop non plus, certains commentaires concernant la composition pourraient amener à se poser des questions mais je ne suis pas apte à juger de tout ça, je ne me prononce pas 🙂

  3. Incroyable cette histoire. C’est dingue. Bon, ne pas écouter ce que veux la cliente et n’en faire qu’à sa tête c’est un peu un truc de coiffeur malheureusement. Ce n’est pas spécifique à cette marque. J’ai comme toi reglé le problème, je n’y vais plus car à chaque fois je ressors mécontente parce qu’on n’a pas éffectuer mes demandes. Tu demandes à ce qu’on te coupe les pointes, on te coupe 15 cm de cheveux, etc, etc, etc… Ok, chacun son métier, on est d’accord mais quand on propose un service, comme celui de la coiffure, on essai de répondre à la demande de sa clientèle et non ce qu’on pense qui serait mieux pour elle. Bref, le sujet n’est pas là. Mais j’apprécie vraiment beaucop ta franchise. Bravo !

  4. Charlotte dit :

    Je n’ai malheureusement pas beaucoup de temps en ce moment pour venir sur ton blog mais là j’ai pris le temps de lire… Tu as parfaitement raison, on ne doit pas parce qu’une marque vous fait du rentre dedans, se sentir obligée d’en dire du bien! Moi tu sais bien ce que je pense de tout ça car je t’ai toujours dit que lorsque j’ai été journaliste je n’ai jamais dit que j’aimais telle ou telle chose parce que l’on me l’avait donné ou parce qu’on m’avait invitée quelque part… et les blogueuses ou Youtubeuses trop sponsorisées qui ne parlent en bien que de trucs qu’on leur a refilé ça se sent tout de suite! Bravo de dire avec justesse et sincérité ton ressenti. Je suis assez choquée aussi par ce qui s’est passé pour ton amie!
    ET tu as parfaitement raison si on veut communiquer positivement sur un produit on se paye des publi-reportages ou il est dit clairement que l’article est sponsorisé ou on fait de la publicité c’est fait pour ça! Je pense qu’une nouvelle génération de journalistes fonctionnent moins comme ça et aussi que les blogueurs et blogueuses intègres il y en a pas mal et ça oblige quelque part les journalistes aussi à bien se comporter…
    En tout cas tout ça est fort intéressant et je reviendrai plus souvent.
    bonne soirée

  5. Amandine dit :

    Mon dieu… Déjà, j’aime pas les salons de coiffure, mais en plus avec un comportement pareil… Rien que ça, no way que je touche un jour un de leur produits ! Je trouve ça scandaleux et à la place de ton amie, j’aurais même pas cherché à insister pour payer. Ou alors je leur aurais fait bouffé en leur hurlant de se payer une formation en relation commerciale ^^

    • Caroline dit :

      Oulà tu es remontée toi ^^
      Finalement comparée à toi mon amie est restée très calme, ça va finir de la déculpabiliser ça 😉
      Merci pour ton com, au plaisir de te revoir dans le coin 😉

  6. HélèneSud dit :

    mais c’est dingue cette histoire … un truc de fous !!!!
    je ne te connais pas beaucoup mais j’ai le sentiment que tu es quelqu’un de sincère… quelqu’un de bien… donc ne te prends pas la tête avec ce genre de « personnages »…. je pense qu’une thérapie de groupe leurs ferait le plus grand bien !
    Je regrette (encore une fois 😉 ) de ne pas habiter Paris car je me ferais un plaisir de prendre un R/V …. un peu de défoulement fait toujours du bien !!! mdr !!!!

    Laisse tomber…et si ils persistent dans leurs appels et relances… tu peux « l’air de rien » glisser dans la conversation que ton avocat est surpris de cette attitude et qu’il étudie leur dossier … je suis sûre que ça pourrait les calmer (bluff qui a marché avec un fournisseur de téléphonie mobile qui refusait que j’annule mon abonnement alors que d’après les termes du contrat j’étais dans mon bon droit !!! )

    bonne soirée
    bizzzzzzzz ♥

    • Caroline dit :

      Ah Hélène tu m’as bien fait rire. Mais tu sais je ne fais pas une chasse aux sorcières, je ne dis pas « n’y allez pas », on ne peut pas résumer une marque à ces quelques incidents, j’accorde toujours le bénéfice du doute… Néanmoins, c’est vrai que ça commence à faire beaucoup.
      Et le but de mon article est plutôt l’espoir d’une prise de conscience. Sait-on jamais…

  7. Céline dit :

    Ouch ! l’empêcher de payer ,c’est « violent » tout de même, j’imagine le malaise qu’a dû ressentir ton amie…

    Finalement ça ne fait que confirmer le malaise que tu avais vis à vis de ce salon… ils sont visiblement « gentils » qu’en apparence , , c’est triste. Ils ont l’air particulièrement susceptibles et virulents, l’anti-thèse d’un bon commerce…en somme

  8. fée beauty dit :

    Bonsoir,
    Pardon de mon absence , plus de temps avec la prépa des fêtes !
    J’ai bien visionné ta vidéo , et lu ton article .. j’ai HALLUCINE ! on est même plus maître de soit même !
    Et pour ton amie , je me mets à sa place ….

  9. Mady dit :

    Bonjour,

    Avec mon ptit côté maso, cela fait des semaines que je subis des vidéos dithyrambiques sur farida b, attendant en vain un minimum d’esprit critique, ou qu’on me dise si la qualité des produits est telle qu’on serait prêt à racheter les produits ou à payer une prestation en salon avec ses propres sous

    Cela fait des années que je recherche un salon de coiffure sachant s’occuper des cheveux frisés, notamment pour les coupes, et j’étais déjà tombé sur des avis de clientes déçues par les prestations et ayant été traitées comme des moins que rien. J’ai donc regardé avec curiosité quelques vidéos et je n’ai pas du tout été convaincue, d’autant plus que malgré les commentaires flatteurs, ça se voit que certaines youtubeuses ne sont pas du tout satisfaites par le résultat final! Ca m’a fait de la peine de voir des jeunes femmes que j’appréciais et apprécie encore se sentir obligées de chanter les louanges du salon mais je suppose qu’à leur place je n’en aurais mené pas large.

    Je suis donc très contente d’être tombée sur ton blog et ta vidéo, qui ont confirmé ce que je craignais sur l’envers du décor. Les avis négatifs que j’avais lus sur le salon de Farida B datant de plusieurs années, je pensais qu’après sa campagne marketing, son équipe aurait fait l’effort d’améliorer l’accueil mais l’expérience de ton amie est tout simplement ahurissante ! Comment peut-on se montrer aussi odieux dans le cadre du service à la personne? C’est contre-productif commercialement, sans parler de l’aspect humain…

    Bref, cette histoire aura au moins eu le mérite de me faire découvrir ta chaîne, et je redis que j’en suis ravie!

  10. […] de la débâcle Farida b. ici et ici, j’ai fait la connaissance de Julie qui est venue poster son premier commentaire sur mon […]

  11. brunyyy dit :

    Très bon reportage car tes deux articles tiennent plus du reportage que du témoignage. l’envers du décor est sasissant. Je crois qu’il y a un problème dans le commerce aujourd’hui, ceux qui ont un produit et une prestation à vendre ne prennent plus le temps d’écouter le souhait et le besoin de leur client. C’est flipppant. On s’étonne que les femmes aient du mal à trouver un coiffeur de confiance.

  12. Marie-H dit :

    MOI QUI VOULAIT TESTER, DU COUP JE VAIS FAIRE DES ECONOMIES… 😉

  13. Ecouréeee dépitééeee dit :

    Bonjour A toutes,
    Je tiens manifester mon soutien à toutes celles qui sont passées par ce salon (que ce soit à Châtelet ou à St Sabin) et qui en sont ressorties dépitées ainsi qu’à celles qui sont ici en prévision d’une visite dans cet endroit: évitez vous cette erreur. J’ai vécu il y a trois semaines exactement la même chose.
    F.B, la grande « patronne » et la grande experte du cheveux frisé se la joue salon de « soin du cheveux » et pas salon de coiffure classique, juste histoire de facturer ses soins une blinde.
    Déjà, comme cela a été évoqué sur d’autres forums, c’est une entreprise qui clairement ne mise pas sur la fidélisation des clientes.. Comment expliquer qu’elle soit passé d’un salon de 300 m2 à Châtelet, à un pauvre salon ridiculement petit à st sabin, dont la façade n’a même plus de couleur, si ce n’est que le salon a dû rencontrer des difficultés à payer son loyer (faute de clientes, peut être…) bref, ce n’est pas le propos, mais ça met la puce à l’oreille quand même… J’arrive donc au salon, on me sort un baratin commercial, sous des airs de chez Masato… sauf que chez Masato, tu payes cher, mais l’expérience est un plaisir et est efficace. On m’explique donc « qu’ici on est un salon de soins, pas un salon de coiffure, et que mon devis s’élève à 143€ pour le soin (comprenant shampoing+masque), la coupe et le séchage NATUREL ». Pour moi, cela ne diffère pas du combo shampoing+coupe que l’on trouve dans n’importe quel salon… Le prix, en revanche…J’accepte quand même (oui je sais, c’est stupide, mais à ce moment là, j’ai toujours espoir qu’elle fasse des miracles avec ma tignasse ultra abimée). On me fait attendre… attendre… attendre, sans un mot, sans une attention.. je suis assise sur une chaise défoncée… on est loin du salon confort auquel on s’attend dans un salon de « SOINS DU CHEVEUX ». Shampoing… pas un mot, à peine protégée par une serviette éponge déjà humide (a-t-elle déjà servi pour une autre cliente?? Je préfère ne pas m’attarder sur la question), ça se raconte sa vie pendant qu’on m’astique le cuir chevelu… toujours pas un mot, le bac bouge… je fais des « oui » avec ma tête à mesure qu’elle me frotte le crane, sans aucune délicatesse d’ailleurs. on me rince à l’eau froide… l’eau tiède coûte encore trop cher…et on m’applique un premier soin.On s’adresse à moi (Ô miracle) : « on va vous mettre sous le casque. Allez-y, c’est la bas… » OK, débrouille toi toute seule donc… la patronne prend une jolie jeune fille en photo sur les 50 cm de mur blanc disponibles et se prend pour Karl Lagarfeld.. mets toi comme ça, bouge cette mèche sur la gauche un peu, oui voilà, comme ça, c’est bien… de profil maintenant… j’assiste à cette scène ridicule, et franchement, je suis obligée de rire… après 20 minutes pendant lesquelles on ne m’a pas adressé la parole, le casque sonne… on m’appelle pour le bac (THE soin va commencer)… idem, ma serviette éponge version polly pocket autour du cou, même bac gigoteur… quand je me manifeste on me dit qu’ils sont tous comme ça… on me rince, toujours à l’eau froide… on m’applique un deuxième masque, puis re-casque pendant 15 minutes.. j’entends THE BIG BOSS qui se la joue femme d’affaires… un peu en carton la femme d’affaires, ça se confirmera au moment de payer..on va rire… on me démêle les cheveux en préparation de la coupe. On m’envoie m’installer sur la même chaise défoncée du début… J’attends, une autre coiffeuse arrive, commence à couper en s’assurant qu’on se comprend bien sur la longueur d’arrivée (c’est le seul point positif de l’expérience). Coupe terminée : on me sèche au séchoir (j’avais demandé un séchage naturel), mais là, on me dit, séchoir allumé et moitié de tête sèche, que c’est mieux de sécher de cette façon, comme ça, on peut rectifier la coupe si besoin… Oui Oui bien sûr, c’est surtout qu’on te facture le séchage…bref, il fait 45 degrés dehors, je n’ai pas la force de parlementer.. En revanche, quelque chose m’avait interloqué lors de mon arrivée : F.B ne prend pas la carte bleue… par principe, je ne cautionne pas du tout ce genre de pratique, et vu l’attitude de la patronne, pardonnez moi, mais je deviens méfiante… Au moment de payer, (par chèque, donc…) je demande une facture…. et là, ça coince… Aie Aie Aie .. la coiffeuse est ennuyée… Elle va chercher FB… et là, j’assiste à un sketch international…. Les prix que l’on m’avait annoncés à mon arrivée, ont miraculeusement changés, des réductions fantaisistes sont apparues…. on me demande donc de payer 103€, on s’excuse, il y a eu une erreur lors de la première facture…. La grosse blague…. des explications bidons que personne ne croirait…. Et là, elle me demande comment j’ai connu le salon… Eh bien, pas de bol, je travaille dans la presse… on m’a conseillé d’aller y faire un tour, pour tester… si c’est concluant, on fait un sujet officiel dessus… la boss se crispe, ordonne à son employée de m’offrir des tubes de soins…. pff tout est tellement ridicule, sincèrement, je ne vais pas me servir de mon expérience perso pour faire un sujet sur elle, j’ai trop d’estime pour mon métier pour ça… mais je ne peux que conseiller à chaque personne qui hésite encore, de ne pas se rendre dans ce salon…
    Je ne suis pas en confiance avec des gens qui refusent la CB et qui par la suite inventent des réductions pour déclarer moins sur facture..
    Ecoeuréeeee, dépitééeeeee façon reine des neiges. Ce salon n’aura jamais son article, je n’y retournerai pas et je ne le conseillerai jamais.

    PS: l’effet des soins a duré une semaine et demie…

    • Caroline dit :

      Eh bien, quel témoignage, j’ai même l’impression que ça a empiré depuis mon expérience il y a 3 ans, ceci-dit, c’est elle qui m’avait recrutée, cela confirme mon « traitement de faveur » à l’époque…
      Merci pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s